Rudi Garcia : "Je vais faire en sorte que mes équipes imposent leur jeu"

 

Le nouveau coach de l'OL Rudi Garcia a été présenté à la presse ce mardi au Groupama Stadium. Le technicien français était accompagné de Jean-Michel Aulas, son président, et de Juninho, le patron du sportif.

 

Quel est votre sentiment ce mardi ?

 

Je suis là parce que l'OL fait partie des meilleurs clubs en France et qu'il est régulièrement sur la scène européenne. Ce qui m'a plu, aussi, c'est ma rencontre avec "Juni", que je préfère avoir comme directeur sportif que comme adversaire sur le terrain. Je le sens très passionné, très investi. Je pense qu'il va nous faire bénéficier de sa connaissance de la maison et de toute sa passion. Je ne suis pas là pour brosser dans le sens du poil mes dirigeants parce que j'en ai passé l'âge, mais je pense qu'il vaut mieux avoir Jean-Michel Aulas avec soi que contre soi.

 

On en a parlé, j'ai défendu mes couleurs, mon institution, moi aussi, et parfois j'étais obligé de le faire parce que j'étais un peu seul à le faire. À l'OL, je serai moins obligé d'aller sur ce terrain-là. L'OL peut me permettre de passer une étape supplémentaire dans ma carrière. J'espère rester le plus longtemps possible, je l'ai toujours fait dans tous les clubs où je suis passé. J'ai hâte d'être au coeur des événements, et toute mon énergie est déjà dirigée vers le match contre Dijon.

 

Qu'avez-vous mis en avant, dans votre audition auprès des décideurs lyonnais ?

 

Je ne sais pas, il faut demander aux dirigeants ce qui a "matché". Mais pendant ces quelques mois, j'ai beaucoup regardé le football français et européen. Il y a à l'OL une situation qui est quand même difficile, à un point du dernier, et le deuxième est déjà loin devant. Il faut gagner le prochain match et si possible enchaîner les victoires.

 

Quelle sera l'organisation de votre staff ?

 

J'arrive avec Claude Fichaux et Christophe Prudhon, qui a été toujours été mon superviseur, mon oeil. Il n'est pas avec moi au quotidien, mais il est important. Je voudrais, aussi, remercier Frédéric Bompard, mon adjoint historique, que je n'ai pas amené avec moi pour différentes raisons. Je voulais m'appuyer aussi sur les gens en place. Dans un premier temps, je veux faire une sorte d'audit. Et il n'y a pas de raisons qu'il n'y ait pas dans le staff des ressources qui me seront utiles. Donc le staff peut être évolutif, comme il peut ne pas l'être.

 

Comment ressentez-vous la défiance de certains supporters ?

 

La saison est au quart du Championnat, neuf matches et on a pris du retard. Tout le monde a envie d'une chose, que l'OL se mette à gagner. On a un effectif porté vers l'avant, beaucoup de talent offensif, je vais faire en sorte que mes équipes imposent leur jeu.

 

Quel diagnostic posez-vous sur votre nouvelle équipe ?

 

Je n'étais pas à l'intérieur, donc je ne peux pas vous dire comment ça s'est passé. Il faut qu'on soit l'Olympique Lyonnais. C'est important. J'aime plutôt un jeu de possession. Mais je n'oublie pas que l'équipe devra être équilibrée et collective.

 

Quel message pourriez-vous adresser aux supporters ?

 

Je défendais ma paroisse à l'époque. Je serai moins à même de le faire dans la structure de l'OL. On a tous une seule motivation, faire gagner l'OL. (Jean-Michel Aulas intervient : "On est plus fort avec lui que sans lui. Il a bien défendu son club.")

 

La rédaction