Nadal: "Avec ces conditions, le niveau était vraiment excellent"

 

Rafael Nadal s'est imposé face à Roger Federer (6-3, 6-4, 6-2) ce vendredi en demi-finales de Roland-Garros. Le numéro 2 mondial est revenu sur sa victoire contre son plus grand rival, en conférence de presse d'après match.

 

Comment avez-vous réussi à dompter le vent face à Roger Federer ?

 

Les conditions étaient très difficiles à gérer. C'était un jour où il fallait rester concentré et positif tout le temps. C'est ce que j'ai essayé de faire. Je pense que le début du match n'était pas parfait. Mais après cinq ou six jeux, il y a eu un bon niveau de tennis. Il y a eu de très beaux points, et pour être honnête, avec ces conditions, le niveau était vraiment excellent.

 

Avez-vous déjà rencontré des conditions météo aussi mauvaises qu'aujourd'hui, avec autant de vent, ici ?

 

Cela m'est arrivé quelques fois, notamment une fois, j'ai joué un match contre Söderling au premier tour, il y a quelques années (en 2006), qui était très difficile. Ce court peut être venteux et difficile. Aujourd'hui, c'était vraiment difficile de contrôler la situation et de comprendre ce qui se passait. Mais mon sentiment, c'est que j'ai joué un grand match dans ces conditions.

 

Est-ce qu'on se prépare différemment quand on affronte Roger Federer ?

 

Déjà, une demi-finale de Roland-Garros, ce n'est pas un match comme un autre. Après, j'étais face à mon plus grand rival, avec toute l'histoire que l'on partage. Mais il est vrai que l'on n'a pas joué l'un contre l'autre aussi souvent qu'il y a huit ans. Il a un peu changé sa manière de jouer, et moi aussi. Après, mon objectif, en particulier sur cette surface où j'ai eu beaucoup de succès, c'est toujours de faire ce que je sais faire. Si j'y parviens, en général j'ai mes chances.

 

Pour la finale, Thiem ou Djokovic, qu'est-ce que cela change pour vous ?

 

Cela s'est arrêté, non ? Le match a été suspendu à cause de la pluie (il regarde un écran où s'affiche le score de l'autre demie) ? L'un comme l'autre, ce sont des adversaires vraiment de haut niveau. On parle du numéro 1 et du numéro 4. En laissant un petit peu Federer de côté, parce que c'est vrai qu'il ne s'était pas retrouvé en tournoi sur terre battue depuis deux ans (trois en réalité), Novak, Dominic et moi avons sans doute eu les meilleurs résultats sur cette surface. Donc pour la finale, ce sera l'adversaire le plus compliqué possible pour moi. J'espère être prêt à donner le meilleur de moi-même. Je pense que j'ai confiance en moi. Après, si je n'arrive pas à mettre en place ce que je veux, ça va être très compliqué. Mais si je joue bien, et j'ai plutôt bien joué jusqu'à présent, j'ai toutes mes chances.

 

La rédaction