Dominic Thiem : "Je ferai tout pour les battre"

 

Dominic Thiem s'est facilement imposé face à Karen Khachanov (6-2, 6-4, 6-2) ce jeudi en quart de finale de Roland-Garros. L'autrichien s'attend à un match difficile contre Novak Djokovic ce vendredi.

 

Vous avez eu un début de tournoi un peu compliqué, mais depuis deux matches votre niveau s'est nettement amélioré.

 

Oui, je m'améliore à chaque match. Les deux premiers tours étaient vraiment difficiles car j'étais face à des adversaires qui n'avaient vraiment rien à perdre et qui ne donnaient pas trop de rythme. Après, c'est vrai que les matches contre Gaël (Monfils) et Karen (Khachanov) étaient vraiment réussis. Je suis satisfait de mon niveau.

 

Si vous remportez votre premier Grand Chelem à Roland-Garros cette année, cela voudra dire que vous aurez battu deux des trois meilleurs joueurs du monde, et peut-être de l'histoire. Vous en sentez-vous capable ?

 

C'est la quatrième fois que j'arrive en demi-finales et j'ai joué Djokovic, Nadal, Cecchinato. C'est quelque chose. Mais comme je le dis souvent, ce qui est dur pour nous, les joueurs qui n'ont pas encore gagné de Grand Chelem, c'est qu'il nous faudra battre des joueurs qui en ont gagné 15 ou plus. Je crois que tout le monde peut se faire une idée de combien c'est difficile. Mais quand j'entrerai sur le court, ce sera avec l'idée de tout donner. J'espère une fin positive, mais c'est un sacré défi. Novak (Djokovic) a retrouvé la forme et il joue un des meilleurs tennis de sa vie. Je suis en demi-finales avec peut-être trois des meilleurs joueurs de tous les temps. Je me sens bien en leur compagnie, mais je ferai tout pour les battre.

 

Ces trois joueurs, justement, qu'est-ce qui les différencie des autres, en dehors de leur tennis ?

 

Il y a un truc spécial autour d'eux. Ils rentrent sur le court avec tout leur palmarès, leur histoire. Dans les premiers tours, cela leur donne un gros avantage. Beaucoup de joueurs n'en croient pas leurs yeux quand ils les croisent et rentrent sur le court avec eux, ils ne pensent pas avoir une seule chance de les battre. Ils doivent cela à tous leurs grands titres. Donc, oui, mentalement, ils ont un ascendant sur les autres joueurs. Mais il y a surtout leur tennis combiné à leur force mentale. Si vous n'avez pas ça, vous ne gagnez pas autant de Grands Chelem qu'eux.

 

La rédaction